Formation – Amadou Diaw : « Pour l’ISM, un autre jour se lève »

Formation – Amadou Diaw : « Pour l’ISM, un autre jour se lève »

C’est un véritable pionnier qui s’est confié au Point Afrique à l’occasion des vingt-cinq ans de l’Institut supérieur de management de Dakar. Et ce pionnier, qui symbolise parfaitement la nouvelle Afrique, a de quoi être fier de ce qu’il a réalisé en un quart de siècle. Songez donc que, quand Amadou Diaw s’est lancé, aucun texte législatif n’était encore en vigueur pour réglementer l’enseignement supérieur privé au Sénégal. Il a fallu créer un cadre, penser programme, réglementation, normes, qualité, viabilité et surtout ouverture pour que l’enseignement dans les établissements privés sénégalais soit compatible avec la qualité exigée à l’international.

Logo ISM 25 ans

Aujourd’hui, le Petit Poucet du début des années 90 a grandi. Devenu un groupe, l’ISM compte quelque 5 000 étudiants de 30 nationalités pour un corps enseignant permanent de 100 professeurs qu’accompagnent 250 salariés permanents pour faire tourner la maison.

La certification ISO 9001 version 2000 obtenue en 2004 est venue couronner de succès la démarche de qualité et d’excellence prônée par son fondateur et président. Cerise sur le gâteau : l’accréditation Cames (Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur) qui sert de cadre de régulation, d’organisation, de certification, de normalisation, de reconnaissance des diplômes… et de cadres de sélection et d’admission à l’agrégation à l’enseignement supérieur des pays membres. Aujourd’hui, l’ISM travaille avec 50 écoles partenaires réparties sur plusieurs continents (Europe, Amérique, Asie), compte quelque 200 entreprises partenaires et a déjà diplômé plus de 18 000 étudiants d’horizons très divers.

S’inscrivant dans une dynamique de « perspective africaine pour un impact mondial », Amadou Diaw s’est confié au Point Afrique.

Le Point Afrique : vous souvenez-vous, vingt-cinq ans après sa création, du moment où l’idée de créer ce groupe d’enseignement a germé et où vous avez décidé de foncer ? Racontez-nous.

Amadou Diaw : Aussi loin que je puisse aller chercher dans ma mémoire, il me semble que, déjà au lycée, je me voyais mettant en place une grande école africaine. Le sujet revenait dans tous les échanges que j’avais avec mes camarades lycéens puis étudiants. Arrivé à Paris pour ma spécialisation en 1984, alors que je me familiarisais avec tous les concepts liés à l’entrepreneuriat, je pense qu’il y a eu une sorte d’accélérateur.

Il faut rappeler qu’à cette époque on rencontrait alors une grande crise universitaire dans toutes les capitales africaines. Chômage des diplômés, insertion des jeunes dans le monde du travail, formations inadaptées au monde de l’entreprise. Déjà à l’époque ! Les contenus des programmes, les méthodes posaient problème. C’est de là que tout est parti. En 1985, à mon retour à Dakar, j’ai réuni une douzaine d’amis et de camarades de promotion du Sénégal et d’ailleurs et nous avons tenté d’approfondir la réflexion…

Il a fallu sept ans de gestation pour créer cette école. La première promo a vu le jour en novembre 1992. Ils étaient 25 étudiants, les 25 pionniers !

Quelles ont été les lignes de force de votre réflexion et de vos actions pour asseoir la crédibilité locale et internationale de l’ISM ?

Il faut bien comprendre qu’il n’existait pas de business school au Sénégal. Aucune. Les textes réglementaires n’existaient même pas. Il a fallu convaincre nos parties prenantes, et en premier lieu l’État. Je dois dire que le président Diouf nous a tout de suite encouragés dans notre réflexion. Il nous fallait également convaincre le monde universitaire, ce qui a été plus difficile. Le monde de l’entreprise, enfin, et le secteur privé, qui ont tout de suite été séduits. Mon engagement au patronat sénégalais m’a bien servi.

Au niveau international, les organisations ont très vite adhéré au concept que nous proposions. Nous n’avons pas eu de mal à signer des accords de partenariat, parfois avec de très grands labels. Nous étions alors une micro-business school, mais l’un des premiers accords a été signé des 1995 avec… Georgetown. Rendez-vous compte !

Quels sont les principes qui président aux partenariats tissés avec des groupes d’enseignement internationaux ?

Il existe trois axes autour desquels on peut bâtir une relation avec nos partenaires :

Les échanges pour les étudiants sont le premier pilier, avec un changement de paradigme total : dans le monde, aujourd’hui, toutes les écoles sont désireuses de recevoir des étudiants africains ! Alors que l’Afrique était pendant longtemps la grande oubliée, les établissements internationaux sont maintenant dans une dynamique de diversification des effectifs et souhaitent accueillir des étudiants qui viennent du continent. Je pense modestement que nous y sommes pour quelque chose, dans le sillage de ce qu’a fait l’Afrique du Sud, par exemple. C’est une grande fierté.

Les échanges de professeurs, ensuite, sont un facteur très important. Pour obtenir les accréditations internationales, il nous faut des professeurs de rang international. Il est important pour nous de faire venir des professeurs du monde entier. Pour cela, nous privilégions la recherche et l’innovation.

Enfin, les échanges de contenus pédagogiques. C’est le carburant qui permet la venue des professeurs, qui trouvent ici une opportunité d’adapter leur enseignement en approfondissant leurs connaissances sur les modèles africains : le marketing en Afrique, la gestion des ressources humaines en Afrique… Il y a beaucoup à découvrir sur le continent. Et le contenu africain est fortement apprécié, notamment pour ses capacités d’innovation qui suscitent beaucoup d’intérêt.

Comment le panafricanisme est-il intégré dans votre démarche de programmes et de partenariats avec d’autres institutions d’enseignement installées sur le continent ?

Dans les faits, à l’heure où nous parlons, 30 nationalités sont en train de coexister à l’école, et ce sont essentiellement des nationalités africaines. On a toujours refusé de dire que l’ISM était une école sénégalaise. Nous sommes une école africaine. L’ISM est un établissement qui appartient à l’Afrique.

Nos parrains de promotions sont souvent les modèles du continent. Il s’agit là d’un marqueur fort auquel je tiens beaucoup. Au sein du groupe ISM, les stars du monde des affaires comme Steve Jobs ou Peter Drucker ont toute leur place, aux côtés de nos héros Mandela, Fanon, ou le parrain actuel de la promo Cheikh Anta Diop…

Par une démarche qui s’apparente à celle utilisée pour les franchises, vous avez étendu la méthode ISM dans des formations de niveau primaire et secondaire. Pourquoi et comment procédez-vous pour garder intact le souffle ISM ?

Nous avons effectivement commencé avec l’enseignement supérieur. Et nous nous sommes rendu compte au bout de quinze ans que la méthode pouvait être appliquée à l’enseignement secondaire. Aujourd’hui, sur les dix premiers lycées du Sénégal, on compte cinq établissements qui appartiennent à notre groupe. Et cela fonctionne bien : le lycée Aimé-Césaire à Saint-Louis a fait 100 % au bac et 100 % au brevet cette année.

Dans nos établissements secondaires, j’ajoute qu’une attention importante est réservée à la place des jeunes filles que nous orientons vers les formations scientifiques. Sur le primaire, nous souhaitons développer ces initiatives. On compte aujourd’hui six écoles au Sénégal. À chaque fois, du primaire au MBA, ce sont nos élèves et nos étudiants qui nous permettent de faire valoir ce « souffle ISM ».

Comment intégrez-vous l’innovation dans vos réflexions et actions à l’ISM ?

Notre position de pionnier nous oblige à considérer l’innovation comme un facteur vital de notre histoire. Cette innovation est dans notre ADN. C’est totalement obligatoire car, à chaque fois, on ouvre la voie. Cela passe par beaucoup d’investissements en termes de benchmarking, dans la recherche également. Nous sommes le seul établissement privé avec un corps professoral permanent aussi important en Afrique francophone (autour de 100 professeurs).

L’innovation nous permet également de nous diversifier, grâce à la création d’espaces de recherches pédagogiques. Ce sont de véritables petits laboratoires qui vitalisent cet esprit de pionnier.

Le changement des paradigmes économiques met l’entreprise au cœur de la stratégie de développement, de croissance et d’émergence de nos pays. Comment accompagnez-vous ce mouvement ?

Le capital humain est à la base du développement, de la croissance et de l’émergence de nos pays. Nous n’avons pas attendu que les États et gouvernements mettent en place des politiques dans ce sens, car nous avons toujours été convaincus qu’il nous fallait travailler sur ce capital humain. C’est ce qui nous animait à la création de l’école. Par ailleurs, l’ISM est une entreprise et nous formons pour l’entreprise. L’ISM a été créé pour et par l’entreprise. Là aussi, c’est dans notre ADN.

Dès la création de l’école, des partenariats très importants ont été signés avec le secteur privé. Si l’école a connu un développement aussi fort, c’est parce que nous avons toujours placé l’entreprise au cœur de nos enjeux. Les liens, échanges et intersections sont permanents.

Le groupe ISM est devenu en vingt-cinq ans un mastodonte de l’enseignement en Afrique. Vous avez récemment choisi d’en ouvrir le capital. Pourquoi ? Et pourquoi le tandem Galileo-Providence ?

Au bout de vingt ans d’existence, ayant atteint un niveau de croissance remarquable, nous avons décidé de manière naturelle d’aller à la recherche de partenaires, stratégiques, techniques et financiers. C’est une tendance qui existait déjà au niveau des écoles de commerce en Europe, puis en Afrique du Nord, mais c’était quasiment inconnu en Afrique subsaharienne

Nous avons été approchés par divers fonds de rang international. Après avoir échangé pendant dix-huit mois avec cinq acteurs majeurs, nous avons retenu le tandem Galileo-Providence pour les raisons suivantes : Providence est l’un des fonds leaders au niveau mondial et Galileo est le troisième opérateur mondial dans le secteur de l’éducation ; c’est une accélération de l’histoire pour le groupe ISM, un autre jour se lève pour nous.

Comment imaginez-vous le groupe ISM dans dix ans et quel rôle souhaitez-vous le voir jouer à ce moment-là ?

Étant parti d’une école de management, je souhaite que le groupe ISM soit dans dix ans un pôle de savoir au service de la société où cohabiteront des formations, certes en management, mais aussi aux métiers des arts, de la culture, des technologies ou du droit. Dans ce projet, Dakar et le Sénégal peuvent devenir un centre d’excellence. Mon ambition est de permettre à Dakar de rayonner de nouveau véritablement sur le continent et même au-delà. Dans dix ans, il y aura sans doute des ISM dans plusieurs capitales africaines… mais toujours avec ce même souffle, car c’est l’essence même de ma mission.

Source : LePoint Afrique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>